26 mai 2014,
 0

Névralgie intercostale : les côtes et les nerfs intercostaux

Cage thoracique-côtes

*Fig. 1 Trois variétés de côtes, vue latérale.

Le corps humain possède 12 paires de côtes, ce qui nous fait, au total, 24 côtes qui sont distribuées de manière égale entre les deux côtés de notre cage thoracique. Il est à noter que les 7 paires les plus rapprochées de la tête se terminent à l’avant par un cartilage costal qui constitue la liaison avec le sternum. C’est ainsi qu’on les nomme côtes sternales (Figure 1).

Pour les 5 autres paires, on note également le prolongement par les cartilages costaux. Toutefois, ceux-ci ne se fixent pas au sternum mais sont liés les uns aux autres, l’inférieur au supérieur. Pour les 3 paires qui suivent les côtes sternales, on parle de fausses côtes tandis que les 2 dernières paires sont appelées côtes flottantes.

Nerfs intercostaux

*Fig. 2 Nerfs intercostaux longeant les côtes.

On note qu’il y a autant de nerfs intercostaux (Figure 2) que d’espaces intercostaux, ce qui signifie qu’il y en a 11 paires au total. Issus des branches ventrales des 11 premiers nerfs spinaux thoraciques, les nerfs intercostaux cheminent donc entre deux côtes qui se superposent, à droite comme à gauche, et ils sont responsables en grande partie de l’innervation de la paroi thoracique et abdominale.

[intense_spacer height= »10″ /]

Intercostalgie ou Névralgie intercostale: les douleurs intercostales

dermatomes-5

*Fig. 3 En vert : dermatomes cervicaux. En bleu : dermatomes thoraciques/dorsaux.
En rose : dermatomes lombaires. En jaune : dermatomes sacrés

On entend par névralgie intercostale une douleur vive ou agaçante que le sujet ressent au niveau de sa cage thoracique. Généralement, la douleur est localisée à un seul côté et suit un trajet parallèle aux côtes tout en étant toujours identiquement ressentie. Également, étant donné le nombre de nerfs intercostaux que le corps humain possède, il y a un grand nombre de territoires sensitifs qui peuvent être touchés, ceux-ci sont appelés <dermatomes>(Figure 3).

De manière générale, la douleur est plus « impressionnante » que réellement « inquiétante ». En effet, elle est souvent imprévisible et elle évoque la manifestation d’un malaise cardiaque ou pulmonaire.

La confusion avec une douleur d’infarctus est alors assez habituelle. Néanmoins, la prudence serait de toujours considérer, jusqu’à preuve du contraire, toute douleur thoracique comme une manifestation cardiaque surtout s’il est question d’un jeune adulte de sexe masculin de plus de quarante ans qui est exposé aux facteurs de risque. C’est pour cette raison qu’en cas de doute, outre un interrogatoire minutieux qui tendra à éliminer un problème cardiaque et pulmonaire, un électrocardiogramme peut être utile.

On peut toutefois être quasi certain qu’il s’agit de douleur intercostale quand certains faits comme des mouvements de la colonne vertébrale, des mouvements de la respiration, de la toux ou encore des postures incorrectes ou le fait de parler l’exacerbent. Cependant, il est toujours plus prudent de consulter afin d’éliminer une origine cardiaque ou pulmonaire.

[intense_spacer height= »10″ /]

Intercostalgie ou Névralgie intercostale: qu’est ce qui peut causer une douleur intercostale?

La douleur intercostale indique l’inflammation ou l’irritation, de manière légère, d’un nerf intercostal en un point précis, que ce soit au niveau du trou de conjugaison d’où le nerf émerge du rachis, au point où se rejoignent la côte et la vertèbre, ou encore tout au long de la côte.

De manière générale, cette irritation ou inflammation provient du déplacement ou de la subluxation d’une côte ou encore d’un problème au niveau d’une vertèbre ou d’un disque intervertébral et touche fréquemment les personnes de plus de 50 ans qui ont de l’arthrose vertébrale.

De ce fait, les douleurs intercostales sont souvent associées à l’arthrose des vertèbres thoraciques et, dans certains cas, au rhumatisme ou à l’arthrite, même si elles peuvent toutefois être dues à des causes diverses, elles peuvent même survenir sans raison apparente.

Une douleur intercostale peut faire suite à un mouvement brusque, une fracture osseuse (côte, vertèbre…) ou encore une chute. Également, elle peut être le résultat d’une mauvaise coordination musculo-articulaire qui est survenue pendant un effort violent. De la même manière, elle peut découler d’une insuffisance musculaire, ligamentaire ou vertébrale qui peut être due à la pratique d’une contraignante activité physique.

Zona dorsal

*Fig. 4 Dermatomes T9-T12

En outre, l’irritation nerveuse peut être d’origine virale. En effet, s’il y a réminiscence du virus de la varicelle et du zona, la personne qui a eu la varicelle dans le passé est atteinte du zona et le zona thoracique peut entraîner des douleurs intercostales à cause de l’irritation du nerf. Dans le cas d’un zona, la région douloureuse unilatérale présente après 2 à 4 jours de minuscules vésicules suppurantes le long du trajet d’un ou plusieurs nerfs  intercostaux (Figure 4).

Il n’est pas rare que les femmes enceintes se plaignent de douleurs intercostales. En effet, la grossesse implique une importante augmentation de la charge qui pèse sur la colonne vertébrale, ce qui entraine un affaiblissement progressif du système musculo-squelettique, d’où les douleurs intercostales dont elles souffrent.

Dans des cas rarissimes, une douleur intercostale persistante peut faire penser à une pathologie sérieuse qui va nécessiter une investigation plus poussée.

[intense_spacer height= »10″ /]

Des facteurs qui peuvent accroître le risque d’apparition des douleurs intercostales

Il est à noter qu’il existe plusieurs facteurs qui peuvent favoriser le développement des douleurs intercostales et donc une certaine frange de la population qui semble être plus concernée :

  • Les personnes d’âge avancé chez qui l’arthrose montre souvent une certaine prévalence;
  • Les personnes sujettes à des hernies discales au niveau de la colonne dorsale;
  • Les sportifs, du fait des traumatismes qu’ils peuvent subir;
  • Les tabagiques;
  • Les personnes qui ont des pathologies pulmonaires récidivantes…

Des conseils de nature préventive

Ainsi, il existe certaines mesures qui peuvent être appliquées dans le but de prévenir l’apparition de certaines douleurs intercostales :

Il est indiqué, par exemple, de bien s’échauffer avant de s’entraîner ou de pratiquer une activité sportive et de s’étirer par la suite, sans oublier de bien s’hydrater dans la journée. Toujours en ce qui concerne le sport, une pratique régulière et progressive permet d’élever l’endurance et les performances du corps tout en évitant de dépasser ses limites.

En cas de hernies discales, il est conseillé de ne pas s’adonner à des activités ou des mouvements qui auront pour effet de solliciter à outrance la colonne vertébrale.

Dans un tout autre contexte, arrêter le tabac est une mesure à ne pas négliger car en cas de douleurs intercostales dues au syndrome de Tietze, à la suite d’une inflammation de la tête d’un ou de plusieurs cartilages costaux, plusieurs mouvements liés indirectement ou directement au tabac comme la toux ou l’éternuement, et même la respiration, peuvent exacerber les douleurs.

Lors du nettoyage du bain, évitez de trop vous appuyer sur son rebord, vos côtes pourraient en souffrir.

La prise en charge des douleurs intercostales

Même s’il a été dit auparavant que les douleurs intercostales sont souvent plus impressionnantes qu’inquiétantes, il est indiqué de consulter un professionnel de la santé dont un chiropraticien car celui-ci a les connaissances nécessaires pour prendre en charge une telle condition. Sa démarche comprend une histoire de cas, un examen physique, orthopédique, neurologique et possiblement radiologique de la colonne dorsale. A ce moment, il est en mesure de dire s’il peut traiter votre condition, sinon il vous réfèrera pour une investigation plus poussée.

La douleur intercostale est un problème de type musculo-squelettique que le chiropraticien est parfaitement habilité à soigner : primo à cause de sa connaissance approfondie de l’anatomo-physiologie de l’appareil neuromusculo-squelettique et secondo à cause de ses méthodes naturelles non envahissantes.

Traitement des douleurs intercostales

Même si dans la majorité des cas, les douleurs intercostales sont passagères et ne sont pas sérieuses, avoir une douleur intercostale peut être très gênant,voir inquiétant pour le patient. La névralgie intercostale est dans la plupart des cas d’origine musculo-squelettique et la prise de médicament ne peut que soulager les symptômes sans corriger la cause réelle. Tout problème non corrigé ou mal soigné ouvre la porte à des complications ultérieures plus importantes. Très souvent, ce dont le corps a besoin, c’est un petit  »coup de pouce » pour corriger les dysfonctions articulaires et  »up » le corps s’auto-guérit.

Dans le cas où les douleurs sont persistantes ou si elles surviennent de manière répétitive, il est essentiel d’identifier les « postures et les gestes à risque » afin d’éviter les récidives.

En effet, il faut se souvenir que les « évènements » tels les efforts ou les mouvements qui ont précédé ou précipité l’apparition de la douleur ne doivent pas être répétés car ils ne feront que l’aggraver tout en occasionnant du retard au niveau de la cicatrisation et de la guérison.

Lors de névralgie intercostales, trois scénarios s’offrent à vous:

Uno: Si vous présentez des symptômes de névralgie intercostale, consultez, en toute sécurité, un chiropraticien, s’il ne peut vous aider, il vous réfèrera à un autre professionnel de la santé.

Secundo: Si vous avez été investigué et que la cause est d’ordre cardiaque et/ou pulmonaire, votre prise en charge sera immédiate.

Tertio: L’investigation est négative, la médication ne donne pas ou peu de résultat, visitez un chiropraticien, il y a d’excellentes chances qu’il vous débarrasse rapidement de vos douleurs grâce à ses traitements manuels. En plus de corriger les dysfonctions structurelles à l’origine de vos douleurs, il réduira les distorsions vertébrales latentes qui pourraient ultérieurement vous causer de plus sérieux problèmes.

[intense_spacer height= »10″ /]

Sous soins chiropratiques, vous n’avez rien à perdre mais plutôt tout à gagner!

*Cliquez sur figure pour agrandir l’image.

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Le Dr. Louis-Philippe Morin, Chiro à Québec avec 38 ans d’expériences, offre des soins chiropratiques la clinique chiropratique de Sillery, Ste-foy - Québec. Pour des questions ou un Rendez-vous, vous pouvez le contacter au 418-800-7955.
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Derniers articles de Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *