12 septembre 2013
12 septembre 2013,
 0

Pour plusieurs, l’expression inflammation est implicitement associée à une maladie, la prescription d’anti-inflammatoire n’étant certainement pas étrangère à cette croyance. Pourtant, l’inflammation n’est pas une pathologie mais bel et bien un mécanisme complexe en réaction à une lésion ou à une dysfonction. Elle est d’ailleurs indispensable à la protection et à la guérison d’une blessure.

Inflammations

*Différents sites de réactions inflammatoires,la colonne vertébrale est aussi  affectée.

Autrefois, l’inflammation était perçue comme une simple cascade de réactions en réponse à un dommage d’origine traumatique, infectieuses ou à une exposition à des contaminants. De nos jours, après la découverte d’un réseau complexe de communication entre les cellules, appelé la signalisation cellulaire, il est d’ores et déjà établi qu’il s’agit d’une réponse adaptive et modulée en fonction de la lésion et qu’elle démontre une grande plasticité. L’inflammation tente à isoler ou à contrôler la source des dommages, d’éliminer les débris et de restaurer au mieux la fonction du tissu tout en minimisant les séquelles.

La douleur est une des composantes de l’inflammation malgré que la phase chronique puisse en être démunie. Il s’agit d’un système d’alarme nous alertant principalement de la destruction active d’un tissu ou d’une activité nuisible à la guérison. Lorsqu’il s’agit d’une lésion d’origine traumatique ou fonctionnelle (ex. dysfonction vertébrale), à défaut d’en corriger ou contrôler la cause, la désactivation de la douleur par un agent pharmaceutique pourrait s’avérer préjudiciable.

En effet, les maux de dos, par exemple, associés aux dysfonctions articulaires évoluent généralement de façon cyclique. La phase aigüe, douloureuse, est suivie d’une phase chronique, relativement indolore, alors que la dégénérescence poursuit son cours. C’est pourquoi à chaque cycle, la sévérité et la durée des crises augmentent. La prise d’anti-inflammatoires, en de telles circonstances, ne fait souvent qu’atténuer temporairement la douleur en attendant le retour de la prochaine phase chronique. La disparition de la douleur est souvent interprétée, à tort, comme une guérison.

Il importe donc de distinguer l’inflammation (le mécanisme responsable de la guérison) de la source des dommages. Une intervention judicieuse devrait donc identifier et contrôler la cause réelle du problème.

*Cliquez sur figure pour agrandir l’image.

Collaboration : Groupe ChiroDos

Images Google

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Le Dr. Louis-Philippe Morin, Chiro à Québec avec 38 ans d’expériences, offre des soins chiropratiques la clinique chiropratique de Sillery, Ste-foy - Québec. Pour des questions ou un Rendez-vous, vous pouvez le contacter au 418-800-7955.
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Derniers articles de Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *