Névralgie d’Arnold
12 février 2014,
 0

Les symptômes de la Névralgie d’Arnold

Névralgie d’Arnold / arnoldalgie, / nevrus capitalis major / névralgie du grand occipital,  ces termes désignent une neuropathie périphérique du cou et de la tête, laquelle est une maladie qui se caractérise par une douleur cervicale paroxystique ressentie au niveau des nerfs du petit et du grand occipital.

La douleur part généralement de la nuque pour irradier vers la région occipitale et vers le  sommet du crâne, pouvant par ailleurs atteindre l’oreille, le sourcil et même la partie derrière l’œil. La douleur peut apparaître en coups d’éclair (décharge électrique), ou sous la forme de brûlure. Elle peut être unilatérale (ressentie d’un seul côté de la tête), continue ou intermittente, et peut varier en fonction des battements du cœur (pulsatile). En général, il s’agit d’une céphalée, soit un mal de tête, qui se présente successivement avec des intervalles sans douleur.

Le nerf d’Arnold

Connu également sous le terme « nerf grand occipital », celui-ci se trouve à la base du crâne, à la naissance de la colonne vertébrale. Le nerf d’Arnold est mixte, considéré comme un nerf moteur étant donné qu’il permet certains mouvements du cou et de la tête en innervant les muscles de la nuque, dont le splenius capitis, le longissimus capitis et le trapèze (Figure 1). Par contre, il s’agit également d’un nerf sensitif, car il nous permet, entre autres, d’avoir des sensations au niveau du cuir chevelu. En effet, le nerf d’Arnold est responsable de l’innervation des téguments et du cuir chevelu de la face postérieure de la tête.

Névralgie d’Arnold

*Fig.1 Les muscles du triangle sub occipital sont fortement impliqués dans la Névralgie d’Arnold ainsi que dans la posture et l’orientation spatiale.

Il existe plusieurs troubles qui peuvent toucher le nerf d’Arnold. La névralgie du grand occipital est un de ces troubles où les douleurs peuvent apparaître de manière spontanée où également faire suite à des « mauvais » mouvements de la tête ou des traumatismes cervicaux tels les accidents de la route.

Comme le nerf d’Arnold est aussi un nerf sensitif, en cas de Névralgie d’Arnold, la douleur peut se manifester par une sensibilité du cuir chevelu chez certaines personnes. C’est un peu comme si elles avaient « mal aux cheveux ».De plus, comme le nerf grand occipital possède aussi une composante motrice, d’autres personnes peuvent voir la musculature de leur région nucale et cervico-scapulaire affectée par des douleurs qui entraînent des altérations de la mobilité de cette région.

Névralgie d’Arnold : quelles en sont les causes?

Névralgie d’Arnold

*Fig. 2 Le coté droit du crâne montre le trajet du nerf grand et petit occipital.
Le coté gauche illustre la distribution de la douleur.

Même si l’étiologie reste souvent inconnue, on note plusieurs causes qui peuvent être à l’origine de cette neuropathie dont :

  • La dysfonction vertébrale qui est la source la plus fréquemment citée ( parfois appelée ‘blocage articulaire’) touchant les vertèbres C-1 (Atlas) et C-2 (Axis), cette dysfonction provoque une réaction d’immobilisation et de spasmes musculaires.
  • une inflammation de la base du cou;
  • une irritation du ganglion ou du nerf rachidien;
  • une irritation du nerf suite à une contracture musculaire;
  • de l’arthrose à la région où sortent les racines nerveuses.

En outre, cette neuropathie survient fréquemment à la suite de traumatismes répétés subis par la région cervicale et particulièrement au niveau de la deuxième vertèbre cervicale C-2 d’où émerge le nerf d’Arnold (Figure 2) et quelquefois au niveau de C-3.

À répétition, ces traumatismes vont entraîner une dysfonction vertébrale d’où la réaction d’immobilisation ainsi que la contraction des muscles qui se trouvent à la base du crâne et dans la région cervico-scapulaire en plus d’accentuer le développement anormal de la discarthrose.

Le diagnostic de la névralgie d’Arnold

Étant donné que cette neuropathie présente des maux de tête et une raideur dans la nuque comme symptômes, on pourrait être porté à le confondre avec d’autres pathologies comme la migraine ou encore la céphalée de tension.

Toutefois, la Névralgie d’Arnold se distingue par une douleur cervicale qu’on peut décrire comme une migraine importante qu’on ressent sur une ligne à partir de la partie derrière l’œil, allant de la tempe, jusqu’à la nuque et les vertèbres cervicales.

Dans le cas où vous présentez ne serait-ce qu’un des symptômes qui ont été présentés ci-dessus, il convient toujours de vous adresser à un professionnel qui pourra établir un diagnostic précis et établir pour vous un plan de traitement adapté à votre état de santé et aux symptômes que vous ressentez.

Prise en charge de la névralgie d’Arnold

Un cas de Névralgie d’Arnold ne doit pas être pris à la légère car cette pathologie handicapante mine sérieusement le quotidien et peut rapidement devenir chronique en cas d’omission ou de retard du traitement. En effet, une symptomatologie qui dure depuis plus de 3 à 6 mois relève d’un syndrome douloureux chronique.

Il est commun pour les patients de recourir aux analgésiques et aux antiinflammatoires pour soulager la douleur mais il convient de noter que les effets de cette action médicamenteuse se résument uniquement au soulagement.

Étant donné qu’il s’agit d’un problème mécanique, l’arrêt du traitement médicamenteux entraînera inéluctablement le retour de la douleur. De ce fait, il est important de recourir à un traitement mécanique plus approprié de nature corrective.

Par conséquent, il est préférable de consulter un professionnel de la santé tel un chiropraticien pour bénéficier d’un traitement adéquat, efficace et surtout correctif.   Entre autres, votre chiropraticien peut procéder à la décontraction des muscles sub-occipitaux et à la décompression simultanée du nerf d’Arnold en débloquant et en dégageant les articulations touchées, ayant pour effet d’éliminer en partie ou intégralement la dysfonction vertébrale.  Notons que dans le cas d’un syndrome douloureux chronique (>3-6 mois), l’approche chiropratique sera plus longue et diversifiée, cela demandera temps et patience.  Il est important de souligner que la zone musculaire sub-occipitale joue un rôle primordial dans le processus de l’équilibre, de l’orientation spatiale et de la régulation du tonus musculaire.

La démarche de votre chiropraticien

Lors de votre première visite chez le chiropraticien, il prendra le temps de discuter avec vous pour en apprendre un peu plus sur les circonstances qui auraient pu précéder la pathologie dont vous souffrez et pour savoir depuis quand vous ressentez les symptômes.

Par la suite, il procédera à un examen clinique et possiblement radiologique du cou. Éventuellement,il procédera au déclenchement de la douleur en appuyant sur la zone d’où le nerf sort, à la base du crâne. En recréant précisément votre douleur par une pression, le chiropraticien pourra plus facilement comprendre les causes de votre douleur, poser un diagnostic précis et établir un plan de traitement correctif approprié à votre condition.  Le diagnostic final sera alors le plus précis possible ainsi que le traitement.

*Cliquez sur figure pour agrandir l’image.

Images Google

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Le Dr. Louis-Philippe Morin, Chiro à Québec avec 38 ans d’expériences, offre des soins chiropratiques la clinique chiropratique de Sillery, Ste-foy - Québec. Pour des questions ou un Rendez-vous, vous pouvez le contacter au 418-800-7955.
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien
Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien

Derniers articles de Dr Louis-Philippe Morin, Chiropraticien (see all)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *